À la une

Assassinat de Jovenel Moïse : l'enquête progresse

image

Environ neuf jours après l'assassinat du chef de l'État Jovenel Moïse, les autorités policières et judicaires haïtiennes avancent avec le dossier. Des interpellations, des perquisitions, des avis de recherches sont, entre autres, les interventions de la Police nationale d'Haïti (PNH) afin d'arrêter les présumés coupables pour qu'ils puissent comparaître par devant la juridiction judiciaire compétente dans cette affaire.

La Direction centrale de la police judiciare (DCPJ) a procédé progressivement à des arrestations. Après les trois haïtiens déjà arrêtés, deux autres ont été interpellés. Au total, 23 personnes sont apprehendées et de nouvelles pistes conduisent à quelques autres suspects.

Dans un point de presse donné le 14 juillet 2021, la Police nationale d'Haïti a présenté les individus Reynaldo Corvington et Gilbert Dargon comme des presumés complices dans le dossier de l'assassinat du chef de l'État Jovenel Moïse.

Au domicile du sieur Corvington, des perquisitions ont conduit à la saisie de huit fusils de calibre 12 mm, un M1, un AR-15, neuf pistolets, cinq fusils de chasse, plusieurs chargeurs et trois grenades à fragmentation. Dans le domicile de Gilbert Dargon, les agents de police ont confisqué plusieurs cartouches de calibre 12 mm, un AR-15, deux pistolets de calibre 9 mm, et deux gilets par balles.

Un avis de recherches a été lancé contre les nommés Joseph Félix Badio et Rodolphe (Dodof) Jaar, ainsi que l'ancien sénateur John Joel Joseph. La PNH les recherche pour leurs implications présumées dans la planification, la mise en œuvre et la perpétration du crime.

Un avis de recherche est aussi lancé contre le citoyen Desir Gordon Phénil pour son implication dans la location de véhicules et le paiement de matériels pour les mercenaires.

Par ailleurs, la Police nationale a annoncé que plus d'une vingtaine de mesures conservatoires ont été prises à l'encontre de quelques policiers et responsables d'unités sécuritaires du président. Quatre agents sont placés en isolement pour l'instant.

D'un autre côté, dans une note de la PNH, mise en circulation ce jeudi 15 juillet 2021, les autorités policières haïtiennes indiquent qu'elles n'ont aucun indice et information qui lierait le Premier ministre ai. Claude Joseph à l'assassinat du président comme suspect.

La Police nationale se dit déterminée pour poursuivre le dossier jusqu'à son aboutissement. Le bureau de communication de la PNH affirme que les policiers haitiens bénéficient également de l'accompagnement technique des enquêteurs de la FBI et d'autres techniciens étrangers pour investiger dans cette affaire.

Exodenews est là pour vous informer!

image

Oberde Charles

Rédacteur

Laisser un commentaire





aucun commentaire pour l'instant